Interview Arnaud Ruel - Pharma Beaute Mag

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Interview Arnaud Ruel

Archives > Interviews

Arnaud Ruel n’est pas un homme de compromis:

Omoyé est née d’une histoire incroyable qui prend racine en Afrique. A la suite d’un grave accident, le fondateur de la marque a voulu rendre hommage au sorcier qui lui a sauvé la vie. Considérant que la peau est un organe à part entière, il a voulu créer des produits qui la nourrissent de façon la plus complète possible. Interview d’un homme sans compromis qui veille à la qualité de ses produits.

Propos recueillis par Sophie Bouhier



Pharma Beauté mag : Omoyé est le résultat d’une histoire plutôt incroyable. Racontez-nous.

Arnaud Ruel : De formation scientifique vétérinaire, j’ai travaillé pour de grands groupes français en Asie, Afrique du Sud-Est, ou encore Madagascar. Il y a vingt-sept ans, je cherchais des solutions dans la lutte contre les crickets en Afrique.
A un moment, on m’a demandé de me rendre au Mozambique d’urgence depuis Madagascar. La seule solution que j’ai trouvée fut un modeste bateau pour cette petite traversée qui devait être facile. Mais le vent s’est levé et s’est transformé en tornade, projetant le bateau sur une barrière de corail. J’ai perdu connaissance pendant un temps indéfini et j’ai perdu deux litres de sang, en plus de vingt-trois fractures. De plus, j’avais eu de l’eau de mer dans les poumons. Un vrai choc frontal au réveil dans une tribu africaine dont le sorcier avait décidé de me sauver la vie. Il m’a soigné avec des plantes locales pendant trois mois. Il fait désormais partie de ma famille.


PBM : La marque est donc un hommage à l’Afrique ?

A.R : De retour en France et après une période de réflexion, j’ai décidé de créer une fondation pour l’Afrique centrée sur la mère et l’enfant qui propose, par exemple, du microcrédit.


Il y a dix ans, j’ai eu l’idée de créer des produits et une formule qui intègre une sorte de phytothérapie de brousse européanisée, et cela, sans aucune formation à ce métier ! C’est ainsi qu’est née la société Arcana. Quand j’ai monté cette affaire, j’avais comme une sorte de mission : apporter quelque chose de nouveau, qui soit efficace et apporte satisfaction aux clients. C’est la philosophie d’Omoyé.


PBM :
Quel est le concept d’Omoyé ?

A.R. : Pour moi, la peau n’est pas une enveloppe, mais un organe à part entière. Donc, il faut lui donner de la nourriture variée pour équilibrer ses besoins physiologiques. Mon programme offre un mélange de vingt-cinq plantes de très forte densité qui donne une réponse complète et universelle pour n’importe quel type de peau. Les produits Omoyé provoquent une stimulation qui incite la peau à prélever ce qui lui convient et rejeter le reste. Ainsi, les cellules de la peau se comportent comme un tube digestif. Dès le départ, je voulais créer des produits qui réparent la peau.


PBM : Aujourd’hui, vous avez quarante mille clients en direct. Quels sont vos objectifs futurs ?

A.R. : Oui, et nous avons construit un lien d’affection et de confiance avec eux. Le marché français étant étroit, nous vendons aussi à l’international, en Europe, en Asie, à Dubaï, en Chine, en Corée et au Canada.
Nous avons choisi un système de distribution sélective haut de gamme qui fait une promotion positive de l’Afrique.
Nous travaillons déjà avec quelques instituts de beauté et pharmacies.


PBM : Les produits Omoyé sont élaborés selon des normes qualitatives et environnementales très élevées, et pourtant vous n’affichez pas de tendance bio. Pourquoi ?

A.R. : Lorsque le bio est arrivé, cela a bien failli mettre en péril l’entreprise. Nous prenons distance avec les polémiques, mais nous ne voulons pas marcher dans le pas cadencé des autres.


Une entreprise n’a pas besoin d’être certifiée pour être bio. Et payer des fortunes une certification ne nous intéresse pas. N’étant pas un homme de compromis, je souhaite faire des produits propres en gardant un certain sens des réalités. Nous sommes donc adhérents de Cosmebio et contrôlés par Ecocert. Depuis le début, nous participons à des salons bios très régulièrement.


PBM :
Quel est le produit phare de chez Omoyé ?

A.R : C’est l’onguent magistral, un produit chouchoutant et câlinant. C’est le premier produit que j’ai créé, sans aucune notion de prix de revient.
Les plantes de nos produits sont importées d’Afrique et traitées une par une avec une culture et une extraction respectueuses de l’environnement. Nous avons une démarche de traitement des déchets.
Le conditionnement de nos produits est réfléchi. Par exemple, avec des capuchons en bois et aussi des cartouches de rechange pour certains produits. Nous utilisons des encres non polluantes.


PBM : Quel message souhaitez-vous adresser aux pharmaciens ?

A.R. : La peau n’est pas une enveloppe. Elle est unique pour chaque personne. C’est un organe auquel il faut donner quelque chose de complet qui lui apportera des réponses personnalisées.


PBM : Quelle est la signification d’Omoyé ?

A.R. : Omoyé est un prénom vernaculaire qui signifie « placé au milieu des dieux » en swahili. C’est le prénom de la dernière fille de mon ami sorcier d’Afrique.


PBM : D’autres projets ?

A.R. : J’ai ouvert le capital de mon entreprise, car je souhaite monter un dispensaire en Afrique qui sera orienté vers l’aromathérapie et la phytothérapie.



 
Agenda
Retourner au contenu | Retourner au menu