L’aromathérapie pour les enfants - Pharma Beaute Mag

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

L’aromathérapie pour les enfants

Médecine douce > Rencontre avec Françoise RAPP

par Sophie Macheteau

Rencontre avec Françoise RAPP

Bio express

Après des études d’esthétique à l’école Carita à Paris en 1984, Françoise Rapp se spécialise dans l’aromathérapie et ses applications dans l’univers de la beauté et du bien-être.
Cet intérêt la mène à vivre pendant 10 ans à San Diego, en Californie, où elle se perfectionne en se formant aux différentes techniques de massage, puis elle développe sa société de conception cosmétique naturelle et enseigne l’aromathérapie aux professionnels du massage et des thérapies naturelles.
Elle est aussi titulaire du Certificat International d’aromathérapie (du Pacific Institute à San Rafaël).
De retour en France en 2003, elle intègre la société Annick Goutal en tant que directrice commerciale Soins et Spa, développant les protocoles de soins et les projets boudoirs à Paris et à l’international (New York, Hong Kong, Tokyo, Moscou, etc.). Dernièrement, elle vient de suivre une formation en aromachologie, basée sur l'action des huiles essentielles sur la sphère psycho-émotionnelle par une utilisation olfactive.

Interview

PBM : De part sa forte concentration, est-ce que l'aromathérapie est compatible avec une utilisation par les enfants ?
F.R. : L’aromathérapie est tout à fait compatible avec les enfants mais il est important de suivre scrupuleusement les conseils de son pharmacien ou médecin et lire attentivement les contre-indications listées sur l’étiquette du flacon. A titre d’exemple, il est important de respecter la limite d’âge, ne pas administrer une huile essentielle non diluée par voie cutanée, ou changer une posologie pour adulte en divisant par deux pour un enfant (à éviter absolument!).

PBM : On lit tout et son contraire au sujet de l'âge à partir duquel il est possible pour des enfants de commencer à utiliser des huiles essentielles. Qu'en est-il réellement ?
F.R. : Les huiles essentielles peuvent être utilisées dès la plus jeune enfance (à partir d’1 an). Les limites d’âge sont déterminées selon la composition biochimique d’une huile essentielle et le pourcentage de certaines molécules dans celle-ci.
• Eviter d’utiliser d’huiles essentielles pour les enfants de moins d’1 an sauf prescription d’un médecin aromathérapeute.
• Entre 1 an et 3 ans, on peut commencer une utilisation par voie cutanée en dilution de 3% maximum dans une huile végétale ou un lait neutre. Le voie aérienne par pulvérisation peut se faire de manière douce et sans que l’enfant soit présent dans la pièce (à l’aide d’un diffuseur par ionisation ou vapeur douce). Un médecin aromathérapeute peut prescrire une préparation de suppositoires pour des maux bien précis.  
• Entre 3 ans et 5 ans, on augmente le dosage jusqu’à 5% d’huiles essentielles dans une base neutre pour une utilisation par voie cutanée. On garde également les mêmes précautions que citées ci-dessus pour une utilisation par voie aérienne et le médecin prescripteur peut augmenter légèrement la posologie de la synergie aromatique.
• Entre 5 ans et 7 ans, la dilution est désormais de 7 % dans une huile végétale ou un lait neutre pour un usage cutané.
• Au delà de 7 ans, la concentration est de 10 % dans une huile végétale ou un lait neutre. On garde toutefois les mêmes précautions d’emploi pour une utilisation par voie aérienne.
• Entre 10 ans et 16 ans, la dilution peut aller jusqu’à 15 % d’huiles essentielles dans 85% de base neutre.

PBM : Par quel(s) mode(s) d’utilisation est-ce le plus simple pour des enfants et le plus doux ?
F.R. : Par la méthode de l’olfaction sur un mouchoir en papier à respirer et en diffusion avec diffuseur à ionisation (type Heavenly Scents), en brume d’oreiller (en eau florale seulement – aucune huile essentielle) pour apaiser et préparer au sommeil même pour bébé.
Dans le bain, versez 3 cuillères à café d’eau florale pour bébé ou 6 cuillères pour relaxer un enfant après une longue journée à l’école.
En massage du corps ou sur une zone localisée. Par exemple, pour les digestions difficiles (sur le ventre), la fatigue (en bas du dos), pour libérer les voies respiratoires (milieu du dos), pour soulager un mal de tête (sur les tempes mais loin des yeux !).
En massage bien-être sur l’ensemble du corps pour se relaxer et renouer le lien avec papa ou maman le soir après le bain et avant le coucher.
L’application cutanée sur la voûte plantaire est aussi un bon moyen sécurisant d’appliquer un mélange aromatique sur un enfant. En effet, les huiles essentielles, même appliquées « loin » de la zone à traiter agiront de façon efficace et rapide.

PBM : Quels sont les avantages d’utiliser les huiles essentielles pour les enfants ?
F.R. : Les huiles essentielles sont pratiques, efficaces, naturelles, économiques et soignent bien. Elles ont la particularité de soigner les maux quotidiens et aussi de renforcer les défenses naturelles de l’enfant en agissant sur le terrain. Par exemple, elles sont très utiles pour traiter certaines pathologies chroniques (otites, bronchites à répétition, etc.).

PBM : Quelles sont les sphères d'action les plus intéressantes pour les enfants ?
F.R. : Pour la santé, les huiles essentielles sont efficaces pour traiter les maux digestifs, respiratoires, ORL et renforcer les défenses naturelles entres autres. Elles sont également incontournables en solutions d’urgence type bleus et coups, mal des transports, piqûres d’insectes, etc.  
En aromachologie, elles favorisent le sommeil et le calme, apaisent les peurs, les cauchemars et les petites angoisses, aident à la concentration et revigorent un organisme fatigué.

PBM : Quel travail est-il possible d'accomplir sur la sphère émotionnelle ? Quelles HE recommandez-vous et en quelle quantité ?
F.R. : L’aromachologie ou action des odeurs sur le comportement et les émotions est une approche mise en place par le psychiatre et neurologue américain Alan Hirsch (directeur de la fondation de recherche et de traitement de l’odorat et du goût à Chicago) en 1980.  L’aromachologie soutient le travail effectué avec un psychologue, un pédopsychiatre ou un pédiatre pour aider l’enfant dans son bien-être quotidien. Cette collaboration complète et renforce la thérapie permettant ainsi d’apporter des résultats plus rapides et de façon agréable.
Les huiles essentielles utilisées en aromachologie aider par exemple un enfant à surmonter des angoisses, à être plus posé, à mieux se concentrer, à lâcher-prise d’une pression parentale ou scolaire, à surmonter une séparation ou un changement de vie, à mieux sociabiliser et s’épanouir avec les autres, etc.
Véritables vecteurs énergétiques, chaque huile essentielle agit directement sur le système limbique (siège des émotions et de la mémoire) par la simple méthode de l’olfaction. Comment procède t-on ? On verse 2 à 3 gouttes d’une huile essentielle sur un mouchoir à respirer que l’on sent - attention toutefois, pour des besoins précis, une synergie préparée par un aromachologue est plus efficace !
 • l’huile essentielle d’orange douce réveille la bonne humeur
 • L’huile essentielle de bois de rose calme les tensions et aide à surmonter les peurs.
 • L’huile essentielle de lavande apporte la sérénité.



PBM : Par quelle manière est-il possible d’éveiller les sens de nos enfants avec les huiles essentielles ?

F.R. : Les enfants sont très réceptifs à l’olfaction : sentir pour mieux se sentir prend avec eux tout son sens !  En spray d’ambiance dans une base d’eau florale pour une senteur aromatique douce et subtile (attention à respecter les pourcentages de concentration selon l’âge de l’enfant et de ne pas vaporiser en leur présence).
En cuisine créative pour réveiller les papilles gustatives de nos alchimistes en herbe. Dans le bain ou en massage corporel du soir.

PBM : Quelles sont les précautions d'emploi à respecter pour les enfants ?
F.R. :
Les huiles essentielles contenant du menthol, de l’eucalyptol (1,8 cinéole) ou du camphre sont proscrites en utilisation infantile pour cause de risques de convulsion (pour les enfants dont l’âge est compris entre 2 mois ½ et 4 ans). Cette recommandation est  d’ailleurs communiquée par l’ANSM à tous les fabricants de produits dits cosmétiques (produits pour un usage cutané) mais cette règle est aussi à prendre en considération pour le consommateur.
Evitez aussi les huiles essentielles contenant des cétones (convulsifiantes à forte dose).
Bien respecter les précautions d’emploi mentionnées sur l’étiquetage et ne pas hésiter à demander conseil à son pharmacien.
1 goutte est 1 goutte donc attention à ne pas dépasser le conseil de votre médecin ou pharmacien ou à adapter une recette pour « adultes » en divisant les doses par deux ou trois !
Ne jamais utiliser une huile essentielle NON diluée sur la peau ni par voie orale sauf lorsque ces modes d’utilisation sont validés par un médecin aromathérapeute ou un pharmacien conseil.
Pour un usage cutané : TOUJOURS diluer une huile essentielle dans une huile végétale.
Pour un bain aromatique : TOUJOURS diluer une huile essentielle dans une base neutre pour le bain.
Éviter l’utilisation des huiles essentielles si l’enfant souffre d’allergies ou d’asthme (on peut soulager certains symptômes de l’asthme avec les huiles essentielles mais dans ce cas, le médecin connaîtra l’historique de la santé de l’enfant et pourra ainsi écrire une ordonnance conforme au besoin spécifique de celui-ci)
Ne JAMAIS laisser un enfant dans la pièce où sont diffusées les huiles essentielles.
Eviter l’utilisation des diffuseurs par nébulisation car trop agressifs pour les poumons et les yeux des enfants. Préférez un diffuseur  par ionisation douce et vapeur d’eau (type Heavenly Scents).
Pour les bébés et les jeunes enfants en dessous de 3 ans, préférez l’utilisation des eaux florales en vaporisation type brume d’oreiller pour un maximum de sécurité.



 
Agenda
Retourner au contenu | Retourner au menu