Business - Pharma Beaute Mag

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Business

Business > Témoignage

LA PHARMACIE BECKER :
« un pari audacieux en Vaucluse »

par Sophie BOUHIER

A Monteux, 11 500 habitants proche de Carpentras, dans le Vaucluse, la pharmacie Becker dénote quelque peu par sa taille imposante pour une si petite commune. Créée en 2007 par deux jeunes frères jumeaux, elle a parié sur la parapharmacie. Rencontre.

A Monteux, commune de 11 500 habitants près de Carpentras dans le Vaucluse, il est difficile de louper la pharmacie Becker. L’entreprise, installée dans d’anciens locaux d’expédition de fruits et légumes est plutôt imposante.

« Quand nous avons commencé en 2007, le local proposait 600 m2 vide, sans aucun poteau. L’idéal pour notre projet », se souvient Arnaud Becker qui avait l’associé rêvé en la personne de son frère jumeau, Nicolas.

Ces fils de pharmaciens, d’une classique officine de Carpentras, n’ont pas hésité dès leur diplôme, obtenu à Montpellier, en poche. A tout juste 27 ans, ils ont misé sur un établissement moderne axé sur la diversité. « Nous avions aussi une certaine insouciance », reconnaissent-ils.

En 2014, après un agrandissement, la pharmacie Becker propose 700 m2 dédiés à la clientèle pour un total de 2 000 m2. « Notre clientèle vient des communes satellites, mais aussi de Carpentras, et d’Avignon. Certains viennent même de Saint-Remy-de-Provence ou de Montélimar, soit plus de 50 km. Nous avons aussi des touristes bien sûr, mais aussi des personnes qui ont des résidences secondaires dans la région et qui viennent faire le plein chez nous », explique le jeune chef d’entreprise âge aujourd’hui de 34 ans.

Le pari était simple : proposer une offre globale large avec un espace parapharmacie conséquent. Sur 25 000 références, 15 000 sont consacrées à ce dernier.

Le prix n’est pas le seul pilier de la réussite

Mais pour les frères Becker, le conseil est primordial. « Nous n’avons pas voulu faire un libre-service où les gens se débrouillent tout seuls. Tous les jours, entre nos employés et les démonstrateurs envoyés par les marques, nous avons une dizaine de personnes qui peuvent conseiller et orienter nos 1 200 clients quotidiens. » Avec des marques telles que Sisley et prochainement Clinique ou Clarins, les pharmaciens peuvent être fiers d’attirer plus de fréquentation que dans les parfumeries de Carpentras, la ville voisine ! « Nous avons deux type de clientèle : ceux qui ont besoin d’être rassurés et ceux qui viennent se faire plaisir. Nous pensons que l’avenir est dans une passerelle entre ces deux notions. »




Pari d’autant plus réussi que leur succès est aussi basée sur une politique de prix attractive « même si ce n’est pas le seul pilier de la réussite », précise Arnaud Becker. Avec son frère, ils ont acquis deux autres pharmacies de taille plus modeste (à l’Isle-sur-la-Sorgue et à Carpentras), ce qui leur permet d’acheter des volumes conséquents et ainsi, proposer des tarifs attractifs.
Attentifs aux désirs de leurs clients, les jumeaux pharmaciens (l’un a une vision plus libérale et anglo saxonne, tandis que l’autre est plus conservateurs) proposent une grande offre de produits. Côté cosmétiques, « les gammes de dermato sont celles qui ont le vent en poupe. Pour autant, la cosmétologie a aussi son mot à dire. »

Leur rayon de produits pour bébé occupe aussi une large place dans un magasin qui ressemblerait presque à un supermarché de la parapharmacie. « Nous avons réussi à récupérer des laits qui étaient partis en grande et moyenne distribution. Et nous avons remarqué que les accessoires marchent aussi très bien. Là aussi, la notion de plaisir se ressent dans les achats. »

Un panier moyen à 33 euros

Les produits bio marchent bien aussi. « Toutes les gammes tendent vers plus de naturalité sans pour autant se cantonner au bio qui a une image trop connotée », nuance cependant Arnaud Becker.
Pour lui, l’un de plus gros succès en parapharmacie se situe au niveau des compléments alimentaires. « Il y a pléthore de produits dans ce domaine. Et une très grande diversité de possibilités, sans compter la complémentarité avec d’autres secteurs comme la cosmétique par exemple. »
Cherchant à se démarquer, les frères Becker proposent même des produits présentés en rayons frais, tels que des probiotiques, des gelées royales ou des acides hyaluroniques.
Pour attirer et fidéliser la clientèle, ils proposent des animations telles que bar à ongles ou mini soins avec des démonstrateurs envoyés par les marques qu’ils présentent.
En fin d’année dernière, ils ont aussi organisé une soirée semi privée avec traiteur. « Ça nous permet d’aller à la rencontre de nos clients, les remercier de leur fidélité et écouter leurs attentes. »
Résultat, le panier moyen se situe autour de 33 euros et leur chiffre d’affaire connaît une croissance à plus de 20 % chaque année.
Côté projets, les jeunes pharmaciens ne sont pas en reste. Ils ont confié à l’agence Boisson partners de Lyon la conception de leur nouvelle façade. Et souhaitent développer un pôle santé à proximité de la pharmacie de Monteux qui proposerait plusieurs services dans le domaine de la santé (médecin, dentiste, matériel médical…).
Et encore et toujours former leur personnel (66 personnes réparties sur les 3 pharmacies) à leurs « exigences d’accueil. » De quoi créer « une référence Becker » dans la région.







 
Agenda
Retourner au contenu | Retourner au menu