Les produits pour bébé - Pharma Beaute Mag

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Les produits pour bébé

Articles > Les produits pour bébé

par Sophie Bouhier

Les produits pour bébé : un marché qui mise sur la qualité

Le marché des produits pour bébé est un marché spécifique dans la mesure où les parents ont conscience qu’il est important d’acheter la meilleure qualité possible pour leur jeune enfant. Pour autant, ce marché évolue avec la concurrence des grandes surfaces. Tour d’horizon des spécificités qui permettent aux officines de tirer leur épingle du jeu.



Quatre critères pour conseiller un lait maternisé

1 - La teneur en protéines
Plus un bébé consomme de grandes quantités de protéines et plus son risque de devenir obèse en grandissant est élevé. C’est ce que révèle une étude allemande effectuée sur près de 1 000 enfants dans le cadre du programme de l’Union européenne sur l’obésité infantile. Selon cette étude, en abaissant la teneur en protéines des laits infantiles, on pourrait diminuer le risque de surpoids de l’enfant.
Les apports conseillés en protéines sont de 10 g par jour pour un enfant jusqu’à l’âge de 3 ans. C’est exactement ce qu’apporte le lait maternel : 10 g de protéines par litre de lait, alors que les anciens laits infantiles en contenaient en général 20 à 30 g par litre (soit 2 à 3 g pour 100 ml quand on regarde l’étiquetage nutritionnel. La teneur d’un lait de vache classique est de 3,5 g pour 100 ml. À bannir donc de l’alimentation de l’enfant au moins jusqu’à ses 3 ans.)

D’énormes progrès ont donc été réalisé sur la concentration en protéines des laits. Cette dernière a été revue à la baisse pour se rapprocher le plus possible du lait maternel donc 1 g de protéines pour 100 ml. Pour choisir les meilleures marques, on va donc d’abord se baser sur ce premier critère.

2 - Le rapport caséine/protéines solubles
Si sur le plan quantitatif des progrès ont été réalisés, côté qualité des protéines il y a encore quelques petites choses à revoir ! Certaines préparations proposent des protéines :
- transformées par hydrolyse pour réduire leur pouvoir allergénique ;
- reformulées pour augmenter la proportion de protéines solubles notamment en alpha-lactalbumine, présente en forte concentration dans le lait maternel.
Le premier des conseils est de ne pas se » laisser séduire par des formules qui promettent une grande satiété grâce à leur richesse en caséine, une protéine du lait. Effectivement, comme la caséine est une grosse protéine,
elle ralentit la vidange du petit estomac de bébé, qui sera certes bien « calé ». Cependant, il faut savoir que plus la teneur en caséine est importante et plus le bébé risque d’être constipé ! La caséine du lait de vache est même soupçonnée de favoriser certaines maladies auto-immunes. Alors il peut être prudent d’éviter ces laits qui ne sont pas physiologiquement adaptés aux capacités digestives des nourrissons. Il semble préférable de privilégier des laits riches en protéines solubles, plus proches du lait maternel. Certains laits que l’on nomme hypoallergéniques (HA) semblent ainsi être les mieux adaptés et les plus proches du lait maternel.

3 - La teneur en acides gras essentiels (oméga-3 et oméga-6)
Le lait maternel renferme surtout des « bonnes graisses » mono- et polyinsaturées essentielles au bon développement du cerveau et de la vision. Une carence en acides gras polyinsaturés pourrait réduire la taille définitive du cerveau de 40 % !
Pour les laits maternisés, les teneurs en acides gras d’un lait à l’autre peuvent être bien différentes. Ainsi, idéalement il faudrait que le lait :
- soit débarrassé de ses graisses saturées d’origine au profit de graisses végétales non hydrogénées apportant notamment de l’acide linoléique (oméga-6) et de l’acide alpha-linolénique (oméga-3).
- ait un rapport oméga-6/oméga-3 le plus bas possible (inférieur à 8, idéalement de l’ordre de 5) pour que l’organisme puisse fabriquer dans de bonnes proportions d’autres substances qui diminueront les réactions inflammatoires et peut-être même aideront à prévenir le surpoids.
De grands progrès ont été réalisé dans la composition en acides gras des laits maternisés. Mais bien qu’enrichis en acides gras polyinsaturés, leur teneur en oméga-6 est souvent bien supérieure à celle des oméga-3, déséquilibrant ainsi le rapport entre ces deux familles d’acides gras, primordial pour le bon fonctionnement de l’ensemble des organes et le développement cérébral des bébés.



4 - La présence de ferments lactiques
Si la maman n’allaite pas en parallèle, il semble indispensable que le lait qu’elle donnera à  son enfant soit enrichi en probiotiques. Toutefois ce quatrième critère n’est pas prioritaire puisqu’il existe désormais des gélules de probiotiques ou des probiotiques en poudre que l’on peut aisément ajouter aux biberons de l’enfant.
Sans compter que le marché des petits pots s’est également envolé il y a bien longtemps (trop périssables).




Une peau et un organisme à protéger


Les chercheurs ont découvert que la peau du nouveau-né est dotée d’une richesse cellulaire insoupçonnée : un capital en cellules origi- nelles qui est à son maximum à la naissance, mais extrêmement vulnérable durant les premières années de vie, période de construction de la barrière cutanée.
Les recherches sur la fonction barrière menées sur la peau des bébés dès la naissance, ont permis de révéler qu’il fallait deux années pour que la barrière cutanée parvienne à maturité. C’est le temps nécessaire pour que les cellules se structurent et s’organisent pour lui permettre d’exercer son rôle de protection.
Pendant sa phase de construction, la barrière cutanée est particulièrement vulnérable aux agressions du quotidien. Conséquence ? Cette fragilité l’empêche de protéger efficacement le précieux capital vie de la peau des bébés.
Les marques ont donc bien compris l’intérêt de proposer des produits de plus en plus naturels pour rassurer les parents.
Avant 12 mois, les anticorps (ou immuno- globulines) présents dans le sang du bébé ne le protègent pas suffisamment contre les germes. C’est pour cela qu’il est important de le protéger efficacement contre les bactéries, levures, champignons, virus et protozoaires.
Les premiers anticorps apparaissent au 3ème mois de vie du fœtus, ils proviennent de la mère. Leur concentration dans le sang du fœtus augmentera jusqu’à la naissance.
À la naissance, l’enfant n’a plus les apports d’anticorps provenant de la mère. Le taux d’immunoglobulines dans dans son sang va alors diminuer fortement. a 3 mois, le taux d’immunoglobulines dans le sang est au plus faible.
À un an, un bébé possède 75 % du taux d’anti- corps d’un adulte. il est donc protégé contre la majorité des germes. Ce n’est qu’entre 6 et 12 ans que le système immunitaire d’un enfant est complètement développé.

Les titulaires se recentrent donc sur les produits qui marchent le mieux pour le secteur des bébés : ceux qui touchent à la toilette, avec une mention spéciale pour les lingettes. Sur ce secteur, la concurrence est rude.
Les marques cultes tentent de rester en place en réinventant leurs formules et en jouant la carte de plus en plus, du naturel.
Les produits qui marchent le mieux sont les laits de toilettes, les crèmes hydratantes et les huiles, les produits pour le siège et bien sûr, les shampoings.


Le lait de toilette

Il nettoie correctement, mais pas aussi bien qu’un savon avec de l’eau tiède. A privilégier lors des déplacements et à choisir hypoallergénique. Lorsque le mode d’emploi ne précise pas, c’est qu’il faut rincer la peau à l’eau, thermale ou du robinet, si elle n’est pas trop dure. Les bébés à la peau fragile peuvent faire une allergie au lait de toilette : donc, même quand l’étiquette indique « sans rinçage », si bébé a une peau sèche ou rugueuse, rincer le produit à l’eau.


Une crème ou un lait pour hydrater

La peau a besoin d’être hydratée et protégée (mais pas forcément tous les jours) avec une crème adaptée. La crème hydratante classique convient pour les peaux normales. Les peaux ou zones très sèches auront besoin d’une crème au Cold cream (corps gras à base de cire d’abeille, de vaseline et d’huiles végétales).


L’huile de massage

Sans compter que c’est un bon produit hydratant, l’huile permet de masser le bébé  pour le câliner, lui faire prendre conscience de son corps et calmer éventuellement ses petits maux de ventre. Le meilleur moment : après le bain, quand le tout-petit est complètement détendu…


Un gel ou pain sans savon

Le savon peut être trop détergent pour la peau sensible des nourrissons. Le pain sera plus facile à manier et le gel, en flacon ou en tube, plus facile à transporter. La formule "corps-cheveux" est idéale pour les tout-petits : on passe directement le produit sur la peau et la tête préalablement mouillées du bébé installé sur la  table à langer, puis on le rince dans une petite baignoire.


Le shampooing

Même si Bébé n'a que "trois poils sur le caillou", il faut prendre soin de sa petite tête pour éviter la formation de croûtes de lait.
Leur présence sur le crâne d’un bout'chou n'est pas synonyme de mauvaise hygiène ! Comme bon nombre de ses petits congénères, son cuir chevelu, trop gras, produit des sécrétions qui sèchent et forment des croûtes jaunes. Sans compter que bébé transpire beaucoup, et particulièrement de la tête ! C'est l'accumulation de sueur et de sébum qui finit par obstruer les pores et provoquer l'éruption de ces croûtes de lait inesthétiques qui, comme leur nom ne l'indique pas, n'ont rien à voir avec le lait ! Ce petit dysfonctionnement des glandes sébacées nécessite dont un shampooing délicat et un brossage.
Parce que, même si elles ne sont pas douloureuses pour bébé (à condition, bien sûr, de ne pas les arracher !), ces croûtes de lait ou squames non "traitées" favorisent parfois l'apparition d'un eczéma séborrhéique avec plaques rugueuses et rouges ailleurs sur le corps.
La meilleure fréquence : tous les 2 à 3 jours car un shampooing quotidien risque de dessécher la peau délicate de bébé.


Du sérum physiologique pour les yeux et le nez de bébé

Pour les yeux de bébé, les compresses imbibées de sérum physiologique sont idéales (en allant toujours de l’angle interne vers l’extérieur de l’œil, c’est-à-dire du plus propre vers le plus sale). Le sérum physiologique sert également à humecter de petites mouchettes de coton pour nettoyer le nez.


Conseils contre l'érythème fessier

Pour éviter et soulager l’érythème fessier et les rougeurs du siège, il faut changer régulièrement l’enfant. L’utilisation d’une crème pour le change antibactérienne facilite la prévention et le soin de l’érythème fessier. en effet, l’érythème fessier est dû aux bactéries et levures présentes dans la zone du change, notamment à la levure Candida albican.
en cas de plaie suintante, il convient de consulter un médecin. Cependant, quelques principes de base s’appliquent : changer encore plus souvent l’enfant et ne pas hésiter à le laisser les fesses à l’air si possible.
nuby qui a créé la marque Citroganix préconise quelques astuces supplémentaires. appliquer une poudre de toilette sans talc pour absorber l’humidité des plis. Le bon geste: bien appliquer dans les plis de l’aine et des cuisses. L’utilisation d’une poudre de toilette sans talc à l’amidon de maïs apaise et protège la peau de l’érythème fessier.
appliquer une crème pour le change à base d’oxyde de zinc. L’oxyde de zinc permet de former une barrière protectrice sur la peau, l’isolant ainsi de l’urine, des selles et du frottement des couches. Le bon geste : appliquer une crème pour le change lors de chaque change même si aucune rougeur n’apparaît et surtout lors des périodes considérées comme à risque (diarrhées, infections orl, poussées dentaires).



Les primières dents

En moyenne la première dent fait son apparition vers l’âge de six mois.  Pour certains enfants, elle peut apparaitre dès 2 à 3 mois ou seulement à 12, voire 18 mois. Les signes d’une poussée dentaire ? L’enfant bave beaucoup, mordille tout ce qu’il peut, met son poing à la bouche, a les joues et fesses rouges et même parfois a de la fièvre et des diarrhées.
Les poussées dentaires sont très douloureuses pour un enfant. il existe plusieurs manières de soulager cette douleur. La solution la plus efficace est d’utiliser un gel gingival. L’idéal est celui qui s’applique directement sur la gencive et soulage la douleur grâce à un actif naturel qui peut être avalé en toute sécurité et évitera aussi la formation de caries du nourrisson.
Le marché des produits pour bébé est un marché qualitatif qui doit pouvoir attirer des acheteurs attentifs aux produits qu’ils recherchent. Le plus d’une officine restera aussi, encore et toujours, le conseil qui rassurera des parents et des mamans en demande lors de cette période particulière que constitue la grossesse et la le début de la vie d’un enfant.


Les recherches existantes ainsi que le bon sens amènent à cette conclusion : les composants de nombreux produits chimiques sont mauvais pour les enfants. Voici les faits :
Dans les 26 secondes qui suivent lexposition dun bébé aux détergents, des traces de substances chimiques peuvent être trouvées dans tous ses organes. Certaines de ces substances chimiques ont été liées à des problèmes de santé comme de lasthme, des troubles de la reproduction, des troubles neurologiques, des maladies auto-immunes, des cancers ou Alzheimer. (Source : Armée américaine, Septembre 2012, «Polution prevention week at fort Bragg emphasizes safe chemical use»)
Parmi les produits chimiques communément présents dans la maison, 150 ont été liés à des allergies, malformations congénitales et cancers. (Source : Consumer Safety Commission)
• Plus de 7 millions d’empoisonnements accidentels se produisent chaque année dans le monde. Plus de 75 % de ces empoisonnements touchent des enfants de moins de 6 ans. (Source : Labelit poison foundation, Mars 1999, «Proclamation poison awareness month March 1999»)
Les chercheurs affirment avoir trouvé un lien entre lasthme chez lenfant et lutilisation pendant la grossesse ou après la naissance de produits tels que de leau de javel ou du désodorisant. Leur étude a également déterminé que le risque pour lenfant davoir une respiration sifflante à lâge de 7 ans s’accroît de 41%.
(Source : Université de Bristol)

 
Agenda
Retourner au contenu | Retourner au menu