Être accompagné est indispensable aujourd’hui - Pharma Beaute Mag

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Être accompagné est indispensable aujourd’hui

Business > Développement
Par Sophie Poncin
À Châteauroux, ville de 75 000 habitants de la région Centre, Marie-Hélène Bougeon a choisi de se faire accompagner par Alphega il y a 6 ans. De l’assistance juridique aux conseils d’organisation, en passant par les offres de dépistage, tour d’horizon des avantages à faire parti d’un réseau.

Pharmacienne depuis une trentaine d’années, Marie-Hélène Bougeon est installée depuis 26 ans dans la capitale de l’Indre.
«Nous sommes passés depuis 2001 d’une officine de quartier à une pharmacie plus grande (toujours de quartier) avec un petit parking et des commerces autour. »
Le choix d’Alphega s’est opéré naturellement puisque la titulaire a toujours travaillé avec le groupe Alliance healthcare. « Il nous proposait des opérations marketing intéressantes. Et puis, le métier évolue d’autant qu’il est bousculé par la force des choses et les nouvelles réglementations. Je ne vois d’ailleurs pas comment on peut encore travailler seul aujourd’hui. »
Quand on lui demande ce qui l’a incitée à rejoindre le réseau,  Marie-Hélène Bougeon parle en premier de l’aspect réglementation. « Avec PharmExpert, nous avons des réponses à toutes nos questions d’ordre juridique ou social, spécifiques à notre profession. Pratique quand on ne peut pas être au courant de toutes les lois. Par exemple, pour ce qui concerne le fait que les pharmaciens ont été autorisés à procéder aux vaccinations contre la grippe, nous avons découvert que les professionnels doivent être assurés pour cela. »
Equipe (2 pharmaciens - 1 pharmacienne à mi temps - 4 préparatrices)

Des professionnels rassurés
Cette assistance a également été utile lorsque la pharmacie a développé la vente de médicaments en libre accès.
« On n’a pas le droit de faire n’importe quoi ; et c’est rassurant de savoir qu’on peut avoir des renseignements d’un spécialiste. »
L’autre aspect offert par Alphega réside dans le fait d’améliorer certaines méthodes de travail. « Ils nous ont aidé à avoir une meilleure organisation à l’arrière qui nous a permis de gagner beaucoup de temps et nous a donc donné plus de disponibilité au comptoir. »
Grâce aux conseils de nouvel agencement, plus les promotions changeantes, les clients découvrent également de nouveaux produits qu’ils ne voyaient pas avant. Résultats, le secteur qui se développe le mieux depuis 6 ans est le médicament en libre accès. « On est parti de zéro. Avant, ce n’était pas dans l’air du temps. Ce qui est intéressant, c’est qu’il reste encore à faire pour le développer. »
Le rayon bébé connaît aussi une belle progression car le réseau offre une réelle attractivité au niveau des prix.

Plus proche de ses patients
Le pôle des compléments alimentaires fonctionne bien aussi. « Nous étions un peu éparpillés car il y a tant de choix dans ce domaine. Alphega nous a permis de nous recentrer et de proposer des produits en fonction des habitants, de leur âge et de leurs besoins. »
La pharmacie Bougeon a aussi développé un service orthopédie et la location de matériel. « Une de nos préparatrices a suivi une formation. Elle se rend chez les clients et peut les aider à transformer une pièce en chambre spécialisée. »
Et l’une des spécialités de l’officine est sans conteste l’aromathérapie. « Nous avons tous suivi des formations dans ce domaine. C’est d’autant plus intéressant qu’il y a un réel intérêt de la part des patients. »
L’un des axes forts d’Alphega se situe au niveau des dépistages que les pharmacies du réseau peuvent proposer. Une démarche qui leur permet de se rapprocher de leurs clients. « Ça libère davantage leur parole. En plus, cela génère du bouche à oreille qui nous amène d’autres personnes ».
Dépistage de l’âge des artères
Après le diabète, l’audition, les angines, les derniers dépistages ont concerné les problèmes cardio vasculaires. Marie-Hélène Bougeon et son assistant, Julien Daguenet, ont vu une centaine de patients sur 3 semaines.
Ils ont pu utiliser l’appareil Agedio qui mesure la vitesse de l’onde de pouls correspondant à la vitesse de l’onde de pression générée à la pulsation cardiaque. « Plus la paroi est rigide, plus la vitesse est rapide, ce qui définit une résistance à la déformation».
L’appareil ressemblant à un tensiomètre n’est pas invasif. On y entre le sexe, l’âge, la taille et le poids du patient et l’appareil délivre deux imprimés : l’un pour le patient, l’autre pour son médecin avec des indications qui lui permettent de prescrire les examens les plus appropriés. Ce service est proposé aux hypertendus, aux personnes qui ont du cholestérol, aux diabétiques et aux fumeurs. Les moins de 20 ans et ceux qui ont déjà des problèmes cardiaques sont exclus.
 
Agenda
Retourner au contenu | Retourner au menu