Interview - Pharma Beaute Mag

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Interview

Interview
Entretien avec Stéphanie Barré
Directrice générale de Doctipharma
Propos recueillis par Alexandre Lejeune              

Spécialiste sur le marché de l’E. Santé, forte d’une solide expérience dans le digital au sein du groupe Lagardère, notamment auprès de Doctissimo, Stéphanie Barré a pris les rênes de Doctipharma, une plate-forme numérique dédiée aux pharmaciens, en vue de les accompagner dans la digitalisation de leur métier. Elle évoque avec Pharmabeauté Mag les différents enjeux de « l’e-pharmacie » tant pour les pharmaciens que pour leur patientèle.

Pharma Beauté Mag :
Pouvez-vous nous présenter Doctipharma ?
Stéphanie Barré :« L’histoire débute avec la volonté de Doctissimo, de s’orienter vers le serviciel dédié à deux acteurs de santé majeurs : les médecins et les pharmaciens. L’initiative a permis les projets de Mondocteur.fr et Doctipharma. C’est l’autorisation de la vente de médicaments en ligne qui nous a permis de nous lancer en 2014. Notre ambition consistait à aider les pharmaciens à prendre le virage numérique. Il fallait simplement les accompagner dans la vente en ligne de médicaments avec une idée simple : proposer une solution clé en main afin de vendre leurs produits via une plate-forme leur permettant d’émerger au sein de Google.
Suite à un procès perdu face à l’Udgpo (qui regroupe quelques groupements de pharmaciens), nous avons dû réorienter notre positionnement en développant une offre en marque blanche pour les pharmaciens afin qu’ils puissent vendre en ligne les médicaments sous leur enseigne. »

PBM :
La digitalisation des produits et des services concerne tous les pans de l’économie. Qu’en est-il concrètement aujourd’hui pour la pharmacie ?
SB : « Aujourd’hui, seuls les médicaments sans ordonnance peuvent se vendre en ligne. Le phénomène reste encore très marginal puisque l’on estime que ça représente moins de 1 % des ventes globales. Par contre ça fonctionne beaucoup mieux sur la parapharmacie (4 %) et les cosmétiques (8 %). Pourtant, la digitalisation appliquée à la Pharmacie s’avère un véritable enjeu puisqu’elle affiche une croissance annuelle de 20 %. La France a un train de retard sur la question. En comparaison, dans les pays frontaliers, la vente en ligne des produits de parapharmacie représente déjà 13 % du marché.
Par ailleurs, le E-Commerce médicament pâtit d’une réglementation très stricte. »


PBM : La Pharmacie est une enseigne avec de nombreuses spécificités et problématiques différentes de celles d’un commerce traditionnel. Quels enjeux devez-vous relever pour accompagner les pharmaciens dans l’évolution de leur métier ?
SB : « Nous apportons aux titulaires une solution “clé en main” leur permettant de déléguer les tâches qu’ils n’ont pas le temps d’accomplir. Notre travail consiste à trouver des outils simples et innovants, susceptibles de doper leur volume d’affaires par le biais d’un autre canal, sans avoir à s’occuper du marketing. On souhaite également développer et construire une logique de plate-forme pour améliorer le click and collect et le maillage sur internet. »

PBM : La pharmacie reste un commerce de proximité. Comment peut-il aborder le virage numérique sans pour autant s’éloigner du contact réel avec sa patientèle ?
SB : « La plate-forme numérique ne se substitue pas à l’officine ; elle lui est complémentaire. La pharmacie utilise le site pour mettre en valeur son offre ; ce qui lui permet de consacrer son comptoir à l’écoute et au conseil. Plus qu’une évolution de leur métier, le numérique les ramène aux fondamentaux de la Profession.
J’ajouterais que la digitalisation, au contraire d’éloigner pharmaciens et patients, les rapproche. Par exemple, nous avons développé l’application Envoi Ordonnance, une innovation qui facilite et fluidifie le parcours de santé. Le patient photographie son ordonnance avec son smartphone et la fait parvenir au médecin qui prépare alors la prescription et notifie sa validation à l’utilisateur. Le patient n’a plus qu’à passer en pharmacie pour récupérer sa commande. »

PBM: Vous avez signé, en novembre 2016 un partenariat stratégique avec Pharmacie Référence Groupe. Quels en sont les objectifs et les enjeux ?
SB :« Ce partenariat s’est inscrit dans le cadre de notre solution en marque blanche. Pharmacie Référence Groupe souhaitait que ses adhérents puissent ouvrir un site sous leur propre enseigne. On a donc proposé une offre à tiroirs pour répondre à divers besoins. On a donc réalisé des sites vitrines, des systèmes de click and collect ; ainsi que des outils de e.commerce facilitant la livraison à domicile. »

PBM : Comment voyez-vous la pharmacie de demain ?
SB : « Je la vois plus digitalisée, avec des outils pour communiquer avec les patients. En France, la Profession reste très artisanale. En 2017, on utilise toujours des ordonnances papier alors que les outils numériques peuvent faciliter beaucoup de choses dans la relation Pharmacien-client.
Pour ce qui est de la vente sur Internet, le click and collect et la vente à domicile permettront de faire bouger les lignes. »

 
Agenda
Retourner au contenu | Retourner au menu